Décryptage : l’intelligence artificielle est l’affaire de toutes et tous

Notre colloque a illustré en quoi l’IA ne pouvait se réduire à une affaire de spécialistes, mais était l’affaire de tous, car intervenante dans tous les domaines. Cela suppose des choix en amont dans l’utilisation de ces technologies qui peuvent être implicites ou explicites, autoritaires ou démocratiques au plan scientifique et technologique, économique, social, politique, éthique, culturel.

La CGT a l’ambition d’une IA porteuse de progrès social pour toutes et tous.

 

1. Qu’est-ce que l’IA

L’IA est une des transformations majeures du numérique. Elle intervient de concert avec d’autres évolutions, comme les objets connectés (captant les infos utilisées par l’IA), les télécoms (qui les transmettent), la blockchain (qui peut sécuriser la traçabilité).

 

 

 

1.1.        Définition de l’IA

L’association des techniques de l’IA à la robotique d’une part, et aux données de masse (big data) d’autre part, conduit à des bouleversements gigantesques, qu’il s’agisse de l’emploi, de la qualification, des métiers, du management, des relations sociales, de la place de l’intelligence humaine, jusqu’aux équilibres mondiaux. Ces évolutions peuvent induire de grandes avancées de progrès pour l’humanité (tels les aides au diagnostic médical, la réduction des temps d’exposition aux scanners, la suppression des tâches répétitives, l’enrichissement et l’émancipation au travail, l’aide à la décision…), ou bien exacerber les rapports de domination par la monopolisation des données et la captation totale de la plus value en résultant, la remise en cause des libertés et de l’autonomie des individus.

Nos débats ont permis de comprendre ce qu’est l’IA, de faire la part de ce qui relève du mythe et de la réalité, tout en mesurant la dimension des profondes mutations qu’elle peut engendrer. En l’absence de déterminisme technologique, l’enjeu central est de penser, de décider de la finalité de l’utilisation de ces technologies (dès l’amont au niveau de la R&D et de ses applications), comme de la répartition des gains de productivité en résultant.

C’est pourquoi, la CGT avance des propositions pour permettre aux salariés, aux citoyens de peser sur ces transformations dans le sens du progrès social, sociétal, environnemental.

Avec l’IA, nous sommes à l’entrée d’une civilisation nouvelle, où se côtoient d’immenses espoirs et des risques aggravés.

Nous ne sommes plus tout à fait dans le prolongement du passé, mais déjà dans une préfiguration de l’avenir, où rien n’est écrit d’avance.

L’intelligence artificielle est une discip